menu
Archives
10305063_10152330465242614_4116152800675240931_n

DISCOURS EN L’HONNEUR DE SON ÉMINENCE LE CARDINAL MAMBERTI

Festa di a San Ghjisè – Bastia

10305063_10152330465242614_4116152800675240931_n

A so Eminenza,
Tamant ‘onore è tamantu piacè !

Tamant’onore è tamantu piacè, prima, per a vostra isula di Corsica, d’accoglie unu di i so figlioli frà i più eminenti è i più prestigiosi.

A sapete bè, O Eminenza Mamberti, chi da u vostru beculu Viculese à e sarre di Niolu, da e marine à e muntagne, da Ersa à Bonifaziu, da Aiacciu eri per a Madunuccia (Aiacciu indu vo fustite urdinatu prete in u 1981) à Bastia oghje, per a San Ghjisè, site, in ogni locu, in ogni paese, è in ogni casa qui, in tarra vostra. In casa vostra.

Tamant ‘onore è tamantu piacè, secondu, per a nostra cità di Bastia, di receve vi in issu ghjornu di festa è di spartera. Bastia, capitale di a Corsica durante u perìudu mudernu, portu apertu à i venti, cità arradicata ind’è u so circondiu incù Cardu, Casevechje, è e Ville.

Tamant’onore è tamantu piacè, infine, per issu carrughju di San Ghjisè. Dopu à e stragge di i ghorni passati, chi anu adduluritu famiglie stimate è cunnisciute da a nostra cità è i nostri cuntorni, hè vultatu un sole veranile nant’à a nostra cità. Arricurdemu ci chi, tempi passatoni, i zitelli invucavanu à San Ghjisè per fà stancià di piove, in cù u dettu seguente : « un piuvì, un piuvì, San Ghjiseppu s’hè messu à durmì, cu anant’à e bracce u nostru Signore, stancì acqua è luce sole ».

Merci, Votre Eminence, de votre présence qui donne à cette fête de Saint-Joseph une dimension particulière. Elle est un honneur et une joie pour chacun d’entre nous. Votre Eminence, nous connaissons votre discrétion et votre réserve. Nous savons que, dans un monde de l’instantanéité où la communication prétend tout régir et tout commander, vous vous tenez à distance prudente des médias et des honneurs, préférant vous consacrer avec sérénité et opiniâtreté aux missions pastorales et apostoliques qui vous ont été successivement confiées, jusqu’aux plus éminentes : nonce apostolique au Soudan, en Erythrée, en Somalie, de 2002 à 2006, secrétaire pour les relations avec les Etats de 2006 à 2014, vous êtes nommé Préfet du Tribunal suprême de la signature apostolique le 8 novembre 2014, puis créé Cardinal le 14 février dernier, seul prélat de curie en activité, et premier Corse à accéder à cette responsabilité depuis 150 ans.

Au delà du caractère exceptionnel de ce parcours, la Corse est aussi particulièrement sensible à celui-ci parce qu’elle est, historiquement, une terre de piété, de foi, et de ferveur. L’histoire de Bastia, comme celle de chaque village et de chaque Pieve, souligne avec éclat ce rapport étroit et immémorial à la religion et à l’Eglise. Comme elle souligne l’implication majeure des Confréries dans la vie collective de la Cité : entre le XVIème siècle et la fin du XIXème, ce sont, en l’état actuel de la recherche historique, 43 confréries, associations, congrégations qui ont regroupé, par quartiers, affinités, ou professions, des milliers de bastiais de tous âges et de toutes conditions. Il en reste aujourd’hui cinq à Bastia, dont le rôle et l’activité sont essentiels pour la cohésion cultuelle, culturelle, et sociale de la Cité : Sainte Croix, l’Immaculée Conception, Saint Charles, Saint Roch, et bien sûr, celle qui nous accueille aujourd’hui, l’Archiconfrérie de Saint Joseph, fête patronale de Bastia, protecteur des menuisiers. Je souhaite bien sûr rendre hommage à tous les Confrères, et d’abord au premier d’entre eux, primus inter pares, le Président Fanfan DalColetto, infatigable, inépuisable, inlassable Président, qui incarne le cœur, l’âme, la mémoire, mais aussi le passé, le présent, et l’avenir de la Confrérie, du quartier, et de la ville. Merci Fanfan.

Votre Eminence, vous avez, le jour de votre nomination, soulignévotre investissement dans « le dialogue entre civilisations, cultures, et religions, auquel personne ne peut se soustraire ».

Sans doute vos affectations successives, à Alger, à Beyrouth, dans la Corne de l’Afrique vous ont elles particulièrement sensibilisé à la violence des fractures du temps présent, et à l’absolue nécessité de préserver les délicats équilibres interreligieux et interconfessionnels.

Voici quelques semaines seulement, vous plaidiez avec ardeur la cause de la paix en Syrie, et celle de la transparence financière devant Interpol, critiquant avec force le matérialisme de la société d’aujourd’hui : inutile de vous dire combien le fracas du monde et les positions qu’il vous conduit à prendre font écho, même si c’est à une échelle qui peut paraître dérisoire, à nos préoccupations de citoyens de l’île de Corse.

Dans un monde plus que jamais exposé au risque des intégrismes et des replis sur soi, nous avons tous et plus que jamais besoin du dialogue que vous louez, et de ses corollaires, la tolérance et le respect de l’autre.

Ce message qu’en tant qu’homme d’Eglise, vous avez choisi de porter, il appartient à chacun d’entre nous, qu’il soit croyant, athée, ou agnostique, de chercher, avec humilité mais avec détermination, à le mettre en application.

Que cette belle et lumineuse journée de la Saint Joseph nous aide à le garder, en toutes occasions, à l’esprit.

Bastia, ghjovi u 17 di marzu di u 2015 Festa di a San Ghjisè

Gilles SIMEONI Merre di BASTIA