menu

Donne di core, donne in mossa

Sabbatu l’8 di marzu, incontru, scambii à u biomercatu.

Télécharger le dépliant (PDF)

Ghjurnata di a donna, ghjurnata di tutte e donne !
Per tene à mente chì :
A lotta di e donne si scrive ind’a storia universale di l’emancipazione di l’umanità.


E donne sò sempre state in lotta è a so indiatura hè più ch’è mai viva per fà ricunnosce è rispettà i so diritti.
Umane, sulidarie, attive, creative, sò in mossa e donne à tutti i livelli di a sucetà.
La Journée Internationale de lutte pour le droit des femmes a déjà un siècle d’existence mais elle nous rappelle que chaque jour reste un jour de combat pour les femmes.
En 1755, Pasquale Paoli inscrivait dans la Constitution de la Corse, le droit de vote pour les femmes. Mais il faudra attendre 200 ans pour que ce Droit soit largement instauré en Europe.
Malgré des avancées certaines, mais finalement récentes, la réalité de la vie des femmes d’aujourd’hui , c’est toujours :

  • 15% d’écart de salaires hommes/femmes en CORSE ;
  • 80% de femmes travaillent à temps partiel subi ;
  • Toutes les 6 minutes une femme est victime de viol en FRANCE.

Rappelons également qu’une régression dans les droits fondamentaux des femmes s’installe insidieusement en Europe, dans des pays qualifiés jusqu’alors de progressistes.
Notre démarche, celle d’Inseme, celle des Donne d’Inseme, est de s’engager et d’oeuvrer pour que cette journée perde de sa substance jusqu’à ne plus exister, pour qu’enfin égalité et parité deviennent réalités.

Mesures

« Que peut faire la Ville pour les femmes ? »

  • Signer la Charte européenne pour l’égalité
  • des femmes et des hommes dans la vie locale.
  • Créer une délégation des droits des femmes pour :

• Renforcer le rôle du CCAS en ce domaine.
• Engager une réflexion sur la politique de recrutement des ressources humaines et de l’évolution des carrières. La Ville a, en tant qu’employeur, un rôle non négligeable à jouer dans ce domaine.
• Intervenir de façon volontariste contre les violences faites aux femmes et aider celles qui sont en grande précarité :

  • en favorisant la prise en charge et l’accompagnement des femmes victimes de violences en proposant des solutions d´hébergement pour répondre efficacement aux demandes, et notamment aux femmes victimes de violences psychologiques avérées, en collaboration avec le Parquet et les commissariats ;
  • en favorisant la prise en compte de la victime lors des signalements effectués au sein de l’entreprise mais également dans le cadre des  poursuites et de la procédure judiciaire ;
  • en s’appuyant sur les services de santé au travail ;
  • en mettant en place un partenariat entre la Ville, et notamment les délégations relatives au Logement et aux droits des femmes, les  bailleurs et les associations et le Centre d’Information du Droit des Femmes et des Familles de Haute-Corse ;
  • en élargissant l’offre de solutions d’hébergement en faveur des femmes en grande difficulté ;
  • en sensibilisant les bailleurs sur les situations difficiles.

0 Cummenti

Laisser un commentaire