menu
Benvenuti nant'à u blog di Gilles Simeoni, merre di Bastia
affiche officielle de la fête de la langue à Bastia

Almanaccu di a festa di a lingua in Bastia

A Festa di a lingua in ‪‎Bastia‬ : una prugrammazione muderna è di prima trinca per una ‪‎lingua viva‬. 30 ghjorni, 40 avvenimenti.

Prugrammazione :

Leghje a seguita

Sporting Club di Bastia : lettre ouverte à M. Thiriez

collectif_du_5_mai

 

Plus de 150 élus corses sont cosignataires de le la lettre ouverte dans le contenu vous est livré ci-dessous :

Monsieur le Président,

Le Sporting Club de Bastia jouera, le 11 avril, la finale de la Coupe de la Ligue contre le Paris Saint Germain.

Nous souhaitons que cette rencontre soit un moment de fête, de partage, et qu’elle se déroule dans le meilleur esprit sur et en dehors du terrain, dans le respect des valeurs et de l’éthique du sport.

La participation du SC Bastia à cette finale lui permettra de briller une nouvelle fois sur la scène sportive française et européenne, et soulignera à nouveau la relation forte et passionnée qui unit l’ensemble des Corses à ce club.

C’est la raison pour laquelle nous avons souhaité, en cette occasion, vous saisir de la présente lettre ouverte, en notre qualité d’élus de la Corse.

La démarche est certes inusitée.

Elle se justifie néanmoins par le profond sentiment d’injustice ressenti par l’ensemble des Corses face à deux situations inéquitables et injustes qui perdurent depuis trop longtemps :

– D’une part le traitement inéquitable dont fait systématiquement l’objet le Sporting Club de Bastia, son environnement et ses supporters, de la part de la Ligue de Football Professionnel (LFP): sanctions disproportionnées, mesures discriminatoires, situations gérées selon la logique du « deux poids, deux mesures ». Cette attitude génère en Corse, incompréhension et quelquefois colère. Nous ne demandons ni clémence particulière, ni passe-droits. Simplement que le Sporting Club de Bastia soit traité comme n’importe quel autre club.

– D’autre part, le refus obstiné opposé par la LFP à la demande de sacralisation de la date du 5 mai.

Cette demande a été portée depuis des années, avec courage et abnégation, par le « Collectif des victimes du 5 mai ». Elle est appuyée massivement par le monde du sport et par l’ensemble de la société civile insulaire. Elle a fait l’objet de promesses réitérées de prise en compte, notamment de la part d’un Président de la République.

Elle reste pourtant sans suite à ce jour. La Ligue de Football Professionnel doit accepter de sacraliser la date du 5 mai. En effet, la catastrophe de Furiani a été un drame sans précédent pour la Corse toute entière.

Mais elle concerne et implique aussi l’ensemble de la société et du sport français et européens. Sacraliser la date du 5 mai, c’cst donc rendre hommage aux victimes, qui ont perdu la vie ou ont été touchées dans leur chair, et à leurs familles. Mais c’est aussi accepter de donner à cette catastrophe la véritable dimension qui est la sienne.

Nous vous remercions par avance de I’attention qui sera portée à la présente et de la réponse publique que vous voudrez bien y apporter.

Nous vous prions de croire, Monsieur le Président, à I’expression de nos sentiments distingués.

finale_coupe_de_la_ligue_2015_bastia_psg

Finale de la coupe de la Ligue : Forti saremu, sè no simu uniti !

finale_coupe_de_la_ligue_2015_bastia_psgcollectif_du_5_mai

La finale de la Coupe de la Ligue du 11 avril va donner l’occasion au Sporting Club de Bastia de briller sur la scène sportive française et européenne, et à la Corse et à son peuple de montrer la passion qui les unit à leur club. Cet évènement doit se dérouler dans le meilleur esprit et dans le respect de l’adversaire et de l’éthique du sport. Ce sera le meilleur et le plus cinglant démenti à apporter à tous ceux qui dénigrent en permanence le club et ses supporters, et la Corse en général. Le rendez-vous du stade de France se déroulera également en présence du Président de la Ligue de Football Professionnel , dont on se rappelle qu’il n’avait pas souhaité se rendre en Corse pour la remise du trophée de Champion de Ligue 2. La présence des élus de Bastia et de la Corse en tribune officielle sera l’occasion de représenter notre ville et notre île, même si nombre d’entre nous – dont je fais partie – préféreraient être au milieu des supporters du club plutôt que de sacrifier aux obligations protocolaires.  Notre présence nous permettra aussi d’interpeller officiellement, de façon très courtoise mais avec la franchise nécessaire, le Président de la la Ligue de Football Professionnel et le Ministre des Sports, qui sera également présent, à propos de deux scandales majeurs et persistants : le traitement inéquitable dont fait systématiquement l’objet le Sporting Club de Bastia de la part de la Ligue, et le refus de sacraliser la date du 5 mai, malgré les promesses réitérées faites en ce sens, et notamment celles d’un Président de la République. Nous le devons au club dans le premier cas, et nous le devons aux victimes, à leurs familles, et à l’exigence de dignité et de justice dans le deuxième. Je propose donc qu’une lettre ouverte, signée par tous les élus de Corse qui souhaiteront le faire (Assemblée de Corse, Conseils départementaux, Communes, intercommunalités), soit écrite en ce sens au Président de la Ligue Nationale de Football, avec copie au Ministre des Sports, et qu’elle leur soit remise le soir de la finale du 11 avril. Un projet de texte, à valider en commun, sera envoyé à mes collègues élus dès demain matin, pour formalisation de la démarche d’ici la fin de la semaine. Forti saremu, sè no simu uniti ! Forza Bastia ! Forza a Corsica !

Gilles Simeoni
Merre di Bastia
Luni, u 6 d’aprile 2015

10305063_10152330465242614_4116152800675240931_n

DISCOURS EN L’HONNEUR DE SON ÉMINENCE LE CARDINAL MAMBERTI

Festa di a San Ghjisè – Bastia

10305063_10152330465242614_4116152800675240931_n

A so Eminenza,
Tamant ‘onore è tamantu piacè !

Tamant’onore è tamantu piacè, prima, per a vostra isula di Corsica, d’accoglie unu di i so figlioli frà i più eminenti è i più prestigiosi.

A sapete bè, O Eminenza Mamberti, chi da u vostru beculu Viculese à e sarre di Niolu, da e marine à e muntagne, da Ersa à Bonifaziu, da Aiacciu eri per a Madunuccia (Aiacciu indu vo fustite urdinatu prete in u 1981) à Bastia oghje, per a San Ghjisè, site, in ogni locu, in ogni paese, è in ogni casa qui, in tarra vostra. In casa vostra.

Tamant ‘onore è tamantu piacè, secondu, per a nostra cità di Bastia, di receve vi in issu ghjornu di festa è di spartera. Bastia, capitale di a Corsica durante u perìudu mudernu, portu apertu à i venti, cità arradicata ind’è u so circondiu incù Cardu, Casevechje, è e Ville.

Tamant’onore è tamantu piacè, infine, per issu carrughju di San Ghjisè. Dopu à e stragge di i ghorni passati, chi anu adduluritu famiglie stimate è cunnisciute da a nostra cità è i nostri cuntorni, hè vultatu un sole veranile nant’à a nostra cità. Arricurdemu ci chi, tempi passatoni, i zitelli invucavanu à San Ghjisè per fà stancià di piove, in cù u dettu seguente : « un piuvì, un piuvì, San Ghjiseppu s’hè messu à durmì, cu anant’à e bracce u nostru Signore, stancì acqua è luce sole ».

Merci, Votre Eminence, de votre présence qui donne à cette fête de Saint-Joseph une dimension particulière. Elle est un honneur et une joie pour chacun d’entre nous. Votre Eminence, nous connaissons votre discrétion et votre réserve. Nous savons que, dans un monde de l’instantanéité où la communication prétend tout régir et tout commander, vous vous tenez à distance prudente des médias et des honneurs, préférant vous consacrer avec sérénité et opiniâtreté aux missions pastorales et apostoliques qui vous ont été successivement confiées, jusqu’aux plus éminentes : nonce apostolique au Soudan, en Erythrée, en Somalie, de 2002 à 2006, secrétaire pour les relations avec les Etats de 2006 à 2014, vous êtes nommé Préfet du Tribunal suprême de la signature apostolique le 8 novembre 2014, puis créé Cardinal le 14 février dernier, seul prélat de curie en activité, et premier Corse à accéder à cette responsabilité depuis 150 ans.

Au delà du caractère exceptionnel de ce parcours, la Corse est aussi particulièrement sensible à celui-ci parce qu’elle est, historiquement, une terre de piété, de foi, et de ferveur. L’histoire de Bastia, comme celle de chaque village et de chaque Pieve, souligne avec éclat ce rapport étroit et immémorial à la religion et à l’Eglise. Comme elle souligne l’implication majeure des Confréries dans la vie collective de la Cité : entre le XVIème siècle et la fin du XIXème, ce sont, en l’état actuel de la recherche historique, 43 confréries, associations, congrégations qui ont regroupé, par quartiers, affinités, ou professions, des milliers de bastiais de tous âges et de toutes conditions. Il en reste aujourd’hui cinq à Bastia, dont le rôle et l’activité sont essentiels pour la cohésion cultuelle, culturelle, et sociale de la Cité : Sainte Croix, l’Immaculée Conception, Saint Charles, Saint Roch, et bien sûr, celle qui nous accueille aujourd’hui, l’Archiconfrérie de Saint Joseph, fête patronale de Bastia, protecteur des menuisiers. Je souhaite bien sûr rendre hommage à tous les Confrères, et d’abord au premier d’entre eux, primus inter pares, le Président Fanfan DalColetto, infatigable, inépuisable, inlassable Président, qui incarne le cœur, l’âme, la mémoire, mais aussi le passé, le présent, et l’avenir de la Confrérie, du quartier, et de la ville. Merci Fanfan.

Votre Eminence, vous avez, le jour de votre nomination, soulignévotre investissement dans « le dialogue entre civilisations, cultures, et religions, auquel personne ne peut se soustraire ».

Sans doute vos affectations successives, à Alger, à Beyrouth, dans la Corne de l’Afrique vous ont elles particulièrement sensibilisé à la violence des fractures du temps présent, et à l’absolue nécessité de préserver les délicats équilibres interreligieux et interconfessionnels.

Voici quelques semaines seulement, vous plaidiez avec ardeur la cause de la paix en Syrie, et celle de la transparence financière devant Interpol, critiquant avec force le matérialisme de la société d’aujourd’hui : inutile de vous dire combien le fracas du monde et les positions qu’il vous conduit à prendre font écho, même si c’est à une échelle qui peut paraître dérisoire, à nos préoccupations de citoyens de l’île de Corse.

Dans un monde plus que jamais exposé au risque des intégrismes et des replis sur soi, nous avons tous et plus que jamais besoin du dialogue que vous louez, et de ses corollaires, la tolérance et le respect de l’autre.

Ce message qu’en tant qu’homme d’Eglise, vous avez choisi de porter, il appartient à chacun d’entre nous, qu’il soit croyant, athée, ou agnostique, de chercher, avec humilité mais avec détermination, à le mettre en application.

Que cette belle et lumineuse journée de la Saint Joseph nous aide à le garder, en toutes occasions, à l’esprit.

Bastia, ghjovi u 17 di marzu di u 2015 Festa di a San Ghjisè

Gilles SIMEONI Merre di BASTIA

Cuurdinazione per una vìa pulìtica

Riunione di cuurdinazione per una vìa pulìtica in presenza di 500 personne : allargà a mossa populare è include l’amnistìa in a suluzione glubale

CONFERENCE DE PRESSE
Bastia, le lundi 22 décembre 2014

LE CONSEIL DE SURVEILLANCE DE L’HOPITAL DE BASTIA DEMANDE PUBLIQUEMENT A  L’ETAT DE TENIR SES ENGAGEMENTS

La conférence de presse de ce jour traduit la volonté du Conseil de surveillance du Centre Hospitalier de Bastia de s’exprimer d’une voie unie et forte pour :
S’adresser directement et publiquement au Ministère de la Santé ;
lui demander de confirmer les engagements financiers qui ont été pris depuis longtemps, renouvelés en décembre 2013, et jamais confirmés à ce jour.
En effet, à cette date, il avait été publiquement annoncé que l’hôpital de Bastia avait obtenu 29 millions d’€ sur 5 ans pour mener à bien l’ensemble de ses projets de mise aux normes et de modernisation.
Bien en amont de cette annonce, et y compris depuis celle-ci, le CH de Bastia, dans toutes les composantes de la communauté hospitalière, a fait un effort considérable pour atteindre les objectifs qui lui avaient été assignés en contrepartie de cette aide financière :

Un projet d’établissement validé par toutes les composantes du Centre hospitalier ;
Un projet médical en adéquation avec les besoins de la ville et de l’ensemble de l’île, validé par les instances nationales ;
Des gains d’efficience, avec une politique de gestion rigoureuse et des efforts importants consentis par le personnel ;
Des objectifs atteints en termes de résultats et de recettes, qui traduisent une attractivité renforcée de l’établissement ;
Dernier élément en date de ce cercle vertueux : la Haute Autorité de Santé (HAS) vient de notifier suite à sa visite de juin 2014 que le Centre Hospitalier de Bastia est certifié sans aucune réserve, ce qui labellise l’ensemble de l’établissement en ce qui concerne le strict respect des normes en termes de qualité de la prise en charge et de sécurité des soins. Il s’agit d’un résultat remarquable, qui vient récompenser le travail et l’investissement de l’ensemble de la Communauté hospitalière.

Ces résultats remarquables, obtenus grâce à la mobilisation et à l’implication collectives de l’ensemble de la communauté hospitalière, ne peuvent pas conduire à oublier les difficultés que l’établissement continue de rencontrer, et qui ont été constatées à l’occasion de la visite approfondie de l’établissement effectuée par les nouveaux élus au Conseil de surveillance.
L’exemple le plus frappant étant celui du service de psychiatrie, indigne d’un pays développé.
Malgré tout cela, le plan de financement arrêté en 2012 et annoncé en 2013 n’est toujours pas, à ce jour officiellement et intégralement validé.
Or, l’Hôpital de Bastia a le besoin impérieux de pouvoir planifier les opérations d’investissement et de construction prévues en ayant la certitude que le calendrier sera respecté.
C’est la raison pour laquelle, dès l’installation du nouveau conseil de surveillance (nouveau Président et nouveaux élus suite aux élections municipales de mars 2014), soit le 10 juillet 2014, nous avons à nouveau demandé au Ministère les garanties attendues.
La réponse ministérielle était attendue 	au plus tard pour le conseil de surveillance du jeudi 17 décembre 2014, l’ordre du jour ayant d’ailleurs expressément prévu l’examen de cette réponse.
En cette occasion, nous avons dû constater qu’aucun élément officiel n’avait été transmis au Conseil de surveillance, le Directeur de l’ARS n’ayant par ailleurs jamais été présent en personne à l’occasion des trois conseils de surveillance tenus depuis juillet 2014.
L’ensemble de ces éléments a conduit le Conseil de surveillance de l’hôpital à refuser de tenir sa séance, pour marquer son inquiétude et sa désapprobation vis-à-vis de cette situation.
Ce geste symbolique fort a été voté à l’unanimité moins une abstention (le représentant de l’Etat), ce qui donne à notre démarche d’aujourd’hui une légitimité et une solennité particulières.
Le Conseil de surveillance du Centre Hospitalier de Bastia demande donc au Ministère de la Santé de fournir à l’établissement, avant le prochain conseil de surveillance prévu courant janvier 2015 :

La validation du plan de financement resserré sur la période des travaux prévus (2014-2018) ;
Un échéancier précis du versement des financements destinés à l’Etablissement sur cette période ;
un document d’ensemble permettant d’appréhender, dans la transparence, la destination des crédits d’Etat concernant l’ensemble du secteur de la santé en Corse, ceci afin de contribuer à une politique de santé globale et cohérente

LE CONSEIL DE SURVEILLANCE DE L’HÔPITAL DE BASTIA

CONFÉRENCE DE PRESSE
Bastia, le lundi 22 décembre 2014

LE CONSEIL DE SURVEILLANCE DE L’HOPITAL DE BASTIA DEMANDE PUBLIQUEMENT A  L’ETAT DE TENIR SES ENGAGEMENTS

La conférence de presse de ce jour traduit la volonté du Conseil de surveillance du Centre Hospitalier de Bastia de s’exprimer d’une voie unie et forte pour : Leghje a seguita

Conférence de presse programme téléthon 2014

Téléthon in Bastia : mubilisemuci !

5 è 6 di dicembre : tutti sulidarii per u Téléthon ! Forza !
U prugramma
Gilles Simeoni introduit un recours devant la Cour Européenne des Droits de l’Homme, contre l’arrêté du 25 septembre 2012 pris par le Ministre de l’intérieur de l’époque, M. Valls

Recours introduit auprès de la CEDH après l’arrêté de M. Valls du 25/09/2012

Contenu du communiqué officiel

Objet : Gilles Simeoni introduit un recours devant la Cour Européenne des Droits de l’Homme, contre l’arrêté du 25 septembre 2012 pris par le Ministre de l’intérieur de l’époque, M. Valls

Par arrêté en date du 25 septembre 2012, le Ministre de l’intérieur de l’époque, M. VALLS, a interdit le déplacement individuel ou collectif, par tout moyen, de tout personne se prévalant de la qualité de supporter ou se comportant comme telle entre l’ensemble de la Corse et la commune de Nice,

Leghje a seguita

Ghjurnate Europèe di u Patrimoniu

Ghjurnate di u Patrimoniu in Bastia

Téléchargez le programme : DÉPLIANT PATRIMOINE

U 20 è u 21 di sittembre di u 2014, in Bastia, e Ghjurnate Europèe di u Patrimoniu.

Leghje a seguita

Capture d’écran 2014-09-08 à 09.38.53

Rentrée scolaire Bastia 2014 : téléchargez le guide

Riesce oghje pè appruntà l’avvene !

La rentrée scolaire est un moment-clé. D’abord bien sûr, pour les enfants, leurs familles, et l’ensemble de la communauté éducative. Mais aussi pour la Ville de Bastia, en charge de la politique éducative et de la vie scolaire. Vous le savez, l’éducation est au cœur des valeurs et des priorités de la nouvelle équipe municipale issue des urnes en mars 2014. Leghje a seguita

Gilles Simeoni commémore le souvenir des appelés corses de la première guerre mondiale

Discorsu di a cummemurazione di u 1ma d’aostu 1914 : Umaggiu à i 48.000 Corsi chì funu mubilizati

Cent’anni fà ! Il y a cent ans, jour pour jour, l’ordre de mobilisation tombait et le tocsin résonnait dans les villes et les campagnes. C’est précisément parce que les dernières voix de celles et ceux qui connurent ces moments se sont désormais éteintes qu’il est plus que jamais nécessaire de conserver et de transmettre la mémoire de ce que furent ces moments. Fermons un instant les yeux et essayons d’imaginer cette place, Leghje a seguita

shutterstock_106909331

MANIFESTATION « TERRE ET MER » SALVEMU U NOSTRU MARE

COMMUNIQUÉ DE PRESSE
MANIFESTATION « TERRE ET MER »
SALVEMU U NOSTRU MARE
JEUDI 24 JUILLET 2014

Les signataires de l’appel de Bastia – Chjama di Bastia – du 21 juillet 2014 organisent une grande mobilisation populaire demain jeudi 24 juillet 2014 à partir de 15 heures.
Cette mobilisation aura pour seul mot d’ordre « Salvemu u nostru mare ! ».
Elle se déroulera à la fois sur mer et sur terre.

Leghje a seguita

10313716_324050637754232_20306106527554775_n

#Concordia : CHJAMA DI BASTIA di u 21 lugliu di u 2014

Traduit en quatre langues : corse, français, italien, anglais.

Nous, citoyens, députés, élus territoriaux, départementaux, communaux, intercommunaux, responsables de partis politiques, de syndicats, d’associations, représentatifs des forces vives de l’île,
Réunis ce jour lundi 21 juillet 2014 en Mairie de Bastia,
Alarmés par les possibles conséquences néfastes du passage du Costa Concordia à proximité des côtes corses,
Soucieux de la préservation du patrimoine écologique et environnemental de la Corse et du respect de ses intérêts fondamentaux,
Désireux de participer par notre action à la protection de la mer Méditerranée, espace écologiquement fragile,  et ressource  universelle inestimable,
Leghje a seguita

Visite de Mme Lebranchu en Corse, mon intervention à son intention à l’Assemblée de Corse

Intervention de Gilles Simeoni à l’attention de Mme Lebranchu

5307_322195341273095_8941124064556366785_n

Remorquage de l’épave du Concordia

Lettre de Gilles Simeoni à la Ministre de l’écologie Ségolène Royal :

Madame la Ministre,

J’ai l’honneur de venir vers vous par la présente aux fins d’attirer votre attention sur les faits suivants :

Comme vous le savez, le navire « Concordia » s’est échoué, le 13 janvier 2012 sur l’île italienne de Giglio, laquelle est située à proximité immédiate des côtes corses.

Selon les informations en ma possession, à compter du 20 juillet prochain, l’épave du Concordia sera remorquée à partir de son point d’échouage jusqu’au port de Gênes, ceci en application du projet de « transfert et démantèlement » de l’armateur Costa.

Leghje a seguita